31/07 - Y'a pas le feu au lac #26

31 juillet 2021
Télécharger le podcast

Bonjour, 

Grüezi,

Buongiorno les petits Suisses,

J’espère que vous allez bien et que vous passez un bon mois de juillet au Portugal, entre Lisbonne, Porto et Faro car ici en Algarve où je me trouve actuellement, il fait vraiment bien chaud!

Après les annonces du Premier ministre portugais concernant la levée à partir du 1er août du couvre-feu et certains allégement quand à nos libertés, je suis sûre que nous allons passer de plus agréables moments durant ce mois d’août !

Pour ma part, je suis allée à Lisbonne il y a quinze jours pour aller à la rencontre de suisses installés au Portugal où j’ai pu d’ailleurs faire connaissance de certains d’entre eux à travers un déjeuner organisé par la Société Suisse de Lisbonne, appelée aussi Club Suisse de Lisbonne, et son président, Patrick Eberhard, jeune entrepreneur dynamique, multilingue et multi-tâches, un vrai couteau Suisse.

D’ailleurs, ledit Club Suisse de Lisbonne organise, en ce dimanche 1er août, notre traditionnelle fête nationale qui a lieu à l’Hôtel Marriott de Lisbonne dès 12h30, autour d’un brunch en famille et au bord de la piscine de l’hôtel.

N’oubliez pas néanmoins de vous inscrire au préalable pour vous assurer une place. Les amis de suisses sont bien évidemment les bienvenus.

Mais savez-vous pourquoi notre fête nationale suisse a lieu le 1er août ?

Elle se réfère au Pacte fédéral de 1291, acte fondateur de la Confédération conclu par les représentants des trois cantons primitifs  Uri, Schwytz et Unterwad (qui s’est ensuite divisé en deux demi-cantons : Obwald et Nidwald).

Ce document original en latin n’est découvert par hasard qu’au 18è siècle, lors d’un inventaire des archives de Schwyz.

Auparavant, le Pacte de 1315 était considéré comme un texte fondateur : il est écrit en moyen haut-allemand et mentionne pour la 1ère fois le terme de «  confédéré ».

Au Moyen Âge, la fête nationale n’existe pas, ce sont les commémorations locales de batailles et de morts qui sont célébrées, mais aucun événement commun. Avec l’Etat fédéral de 1848 et dans le but de consolider les liens confédéraux entre les cantons, tous les partis et toutes les tendances confessionnelles, le besoin se fait sentir de créer un événement rassembleur. D’autres pays possèdent des fêtes nationales, aussi les colonies de Suisses de l’étranger ont véritablement besoin d’une fête pour maintenir les liens avec la mère patrie, mais aussi pour démontrer l’existence de la Suisse à leur pays d’accueil.

Et d’ailleurs, savez-vous comment la tradition du brunch à la ferme a lieu le 1er août ?

L’Union suisse des paysans a lancé le brunch du 1er août en 1993 pour contribuer à la bonne réputation de l’agriculture helvétique. Et voilà, à l’instar de l’hymne national,  comment le brunch à la ferme s’est associé aux festivités du 1er août

Une autre tradition bien de chez nous en ce 1er août, ce sont les feux de joie allumés un peu partout dans nos villages à la tombée de la nuit. Les jeune enfants, accompagnés de leurs parents, traversent les villages avec de jolis lampions aux effigies suisse et avec à l’intérieur une petite  bougie. Cette coutume date des débuts de la célébration annuelle de la fête nationale, dès 1899.

Voici donc pour aujourd’hui, je vous à très bientôt, portez-vous bien et « Y a pas le feu au lac » ! 

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article