Maserati MC 20

06 décembre 2021
Télécharger le podcast

Bonjour, bonjour à toutes et à tous, 

Alors je me dois d’être honnête, je suis au pilotage, ce que Jean Christophe Lagarde est à la politique, le Jeannot et moi on boxe dans la catégorie amateur, ah ben la cours des grands c’est pas pour nous, quand je dois péter un temps sur un circuit, je suis aussi crédible que ce pauvre Lagarde quand il prend la parole en publique, c’est dire ! Vous ne savez pas qui est Jean Christophe Lagarde ? c’est là tout son problème… Tout ça pour vous dire, que j’avoue avoir été un peu frustré par la voiture dont je vais vous parler aujourd’hui : la Maserati MC20 oui, frustré car jamais je n’arriverai aux limites de cette fantastique voiture ! enfin voiture… collez lui deux ailes et ça fait un avion de chasse. Rendez-vous compte, V6 de 3 litres de 630 cv et pas des chevaux de traits, des purs sang, des vrais ! un couple de 730 Nm, là on est fait dans le percheron ! tout ça dans un châssis de 1490 kg, soit un rapport poids/puissance de 2,33 ! ah ben faut pas vous étonner si 2,9 secondes plus tard vous êtes déjà à 100 km/h et que 5,9 secondes après que vous passiez la barre des 200 km/h, une vitesse maximum de 325 km/h oh oui, je sais, le temps file à une vitesse… alors évidement tout est à l’avenant dans ce genre de supercar, un freinage hors norme, peut être encore plus impressionnant que les accélérations… pourtant stupéfiantes. Des passages en courbes hallucinantes, dès lors que vous êtes sur du sec, non parce que sur une chaussée humide, avec 630 cv uniquement sur les roues arrières (c’est une vraie sportive), faut soit être très joueurs et inconscient, soit s’appeler Lewis Hamilton… autres qualités, une direction et un train avant peut être au niveau de celles que propose Mc Laren (qui est à mon sens, la référence) et puis et puis une esthétique à se damner ! pure, proportionnée, sans effet gratuit, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur ou tout est pensé pour être pragmatique, simple donc beau, de toutes les manières, lorsque l’on s’appelle Maserati, on n’a pas besoin d’en faire des tonnes, surtout lorsque l’on pond un ensemble châssis, moteur, transmission (boite à double embrayage à huit rapports) réussi. 

Si je devais trouver un défaut à cette auto, peut être le prix… à partir de 222 000 euros, aïe ! et ça, ce n’est rien, on attend pour 2022 la version spyder, croyez moi, ça devrait encore un peu plus piquer. 

Merci, au revoir et bonne route !  

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article