05/03 - Anne est de sortie - Le fado

05 mars 2021
Télécharger le podcast

Qu’est ce que le fado ? La question n’est pas aussi simple qu’elle en a l’air. C’est une musique, un chant, un trio. C’est triste mais pas seulement. Fernando Pessoa disait du fado qu’il n'était ni gai ni triste.

L’origine du mot viendrait de fatum le destin. Il est vrai que le fado met en musique l’impuissance de l’homme et de la femme face au destin. Et que ce destin est souvent tragique. En résumé : Fataliste mais pas désespéré.

Une chose est sûre : même si les origines sont encore débattues, il est typiquement portugais. Le fado n’existe nulle part ailleurs.

Le fado est un trio un chanteur ou une chanteuse qu’on appelle fadista dans les deux cas. Deux guitaristes, un avec une guitare classique et l’autre avec une guitare portugaise à douze cordes.

On date l'apparition du Fado au début du 19eme siècle et on le situe à Lisbonne. Comme d’autres genres musicaux, le fado est avant tout amateur et improvisé. Il se transmet de père en fils et de mère en fille dans les quartiers populaires. On chante dans la rue, dans les jardins, en attendant le taureau dans l'arène. On raconte les difficultés de la vie, on y trouve la force de revendiquer parfois. Il faut dire que la population vit une période de grande instabilité politique.

Il est donc à ses débuts peu apprécié des intellectuels.

Comme tous les genres musicaux, le fado évolue et se transforme. Au début du 20eme siècle le fado a déjà acquis une plus grande richesse de mélodies. Les textes populaires à ses débuts deviennent plus élaborés. Les poètes écrivent pour le fado. Il prend une forme poétique de 4 strophes de 10 versets. Le fado entre au théâtre, il est de plus en plus apprécié par toutes les catégories socio-professionnelles.

Lorsque la répression du régime salazariste pointe son nez, pas question d’interdire le fado, Antonio Salazar souhaite en faire une des grandes fiertés de son pays. En revanche, c’est la fin de l’improvisation et de la revendication.On répertorie les chanteurs, on soumet les textes à la censure. Interdiction de chanter dans les rues, les maisons de fado permettent de répertorier les lieux. La surveillance s’organise.

Trop lié à ses années que l’on souhaite oublier, le fado n’aura donc pas bonne figure en 1974. Il faudra un peu de temps avant que les portugais en soient à nouveau fiers.

Les deux grands noms du fado du 19e et du 20e siècle sont Amalia Rodrigues et Maria Severa. La casa Severa dans le quartier de la Mouraria, récemment restaurée, vaut le déplacement. On peut d’ailleurs y entendre des concerts de fado. Amalia Rodriques, morte en 1999, a son musée installé dans sa dernière demeure Rua Sao Bento.

La jeune génération prend le relais, Mariza, Carminho, Camané, Mizia sont mes préférées.

Des maisons de grandes renommées proposent des spectacles dans la ville. On y dîne souvent pendant le spectacle. Attention pas question de ne pas prêter toute son attention aux artistes. Il y a des interruptions pour vous permettre de déguster vos mets mais quand y a fado, on se tait, pas de bruit de fourchette, on se consacre à l’instant.

Je ne voulais pas oublier de signaler que le fado se chante aussi à Coimbra uniquement par les hommes, il peut prendre des allures de serenade. On dit qu’il y est plus gai.

Vous imaginez qu' il y a là de quoi entretenir une petite guerre de clocher.

Aujourd' hui La fado vadio (vagabond en français) revendique les origines de ce chat amateur.

J’aime surtout aller écouter le fado dans des endroits improbables, sur une place quand les habitants sont au fenêtre et la fin du morceau s’enflamment pour faire chauffer la salle!!!

Le fado depuis 2011 est inscrit au patrimoine immatériel de l’humanité au même titre que le fromage de Salers et le savoir-faire de la dentelle au point d'alençon. C’est vous dire si c’est bon.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article