Ce dimanche et comme chaque week-end, on vous propose une sélection d’informations qui ont marqué la semaine, en s’appuyant sur les flashs infos que vous pouvez écouter tous les jours sur La French Radio. Evidemment cette semaine, les infos sont consacrées au coronavirus. 

« Phase de croissance exponentielle de l’épidémie »

Avant de commencer, voici le dernier bilan de l’épidémie au Portugal. Le pays recense actuellement 169 cas positifs, dont 10 en soins intensifs, et plus de 1700 autres sont jugés suspects. Selon la ministre de la Santé Marta Temido, le Portugal est désormais entré, je cite, dans « une phase de croissance exponentielle de l’épidémie », comme d’autres pays européens.

Tous les bars doivent désormais fermer le soir à 21 h

Pour tenter de l’endiguer, le gouvernement a annoncé une nouvelle mesure. Depuis hier, tous les bars du pays ont désormais l’obligation de fermer le soir à partir de 21 h. Cette décision sera effective jusqu’au 9 avril, où elle pourra être renouvelée. L’exécutif en a décidé ainsi après avoir constaté, à Lisbonne notamment, que beaucoup de monde était encore sorti vendredi soir dans les quartiers festifs de la capitale. Dans un communiqué, le gouvernement explique qu’il est « nécessaire de contenir les foyers de contagion pour contrôler la situation épidémiologique » dans le pays.

Hommage inédit aux professionnels de santé 

Hier soir, les Portugais ont aussi rendu un hommage inédit. Des milliers de personnes se sont postées à leur fenêtre pour applaudir, afin de remercier les professionnels de santé qui sont à pied d’oeuvre depuis quinze jours. Pour leur témoigner leur reconnaissance, certains ont aussi chanté. L’appel à cet hommage avait été lancé quelques heures plus tôt sur le réseau social Whatsapp.

Place désormais au récapitulatif des informations qui ont marqué la semaine, toutes liées évidemment au coronavirus.

Le président Marcelo en quarantaine

Lundi d’abord, on annonçait que le président Marcelo Rebelo de Sousa avait décidé la veille de se placer à l’isolement. Toutes ses activités publiques sont suspendues pour deux semaines. Durant cette période, le chef de l’Etat reste chez lui, sous surveillance médicale, même s’il ne présente aucun symptôme. Le test du coronavirus qu’il a passé lundi s’est d’ailleurs révélé négatif. La décision de cette quarantaine a été prise après la visite au palais présidentiel d’une classe d’élèves originaire de Felgueiras, où un cas de coronavirus avait été détecté. 

Le lycée français anticipe et ferme ses portes

Mardi midi, on apprenait que le lycée français Charles-Lepierre de Lisbonne fermerait ses portes jusqu’au 24 mars, sur décision de l’ambassade de France dont il dépend. « Une mesure de précaution », selon la direction du lycée. L’une de ses élèves a en effet été testée positive au coronavirus. Même si elle n’était pas présente lors de la rentrée scolaire lundi, la jeune fille a été en contact avec d’autres élèves et le lycée n’a donc voulu prendre aucun risque. Un suivi pédagogique est mis en place pour tous les élèves, appelés à rester chez eux. 

La ligne SNS24 totalement sous l’eau

Mercredi, on s’intéressait au nombre d’appels reçus par le service d’urgence SNS24, qui bat tous les records. Des milliers de gens appellent chaque jour le 808 24 24 24. En début de semaine, pour la première fois, plus de la moitié des appels n’ont pu être traités. Depuis, la Direction générale de la Santé a annoncé que le service serait renforcé pour répondre à l’urgence. Plus d’une centaine d’infirmiers sont arrivés en renforts et désormais le numéro est gratuit.

Le gouvernement annonce l’état d’alerte et des mesures drastiques de prévention

Jeudi soir, le Premier ministre en décrété l’état d’alerte et annoncé plusieurs mesures chocs à la télévision. Dans son allocution, Antonio Costa a parlé d' »une lutte pour la survie et la protection de la santé des Portugais ». « C’est une bataille qui nous concerne tous », a-t-il déclaré, avant d’ajouter qu' »il revient désormais à chacun de prendre soin de l’autre ». 

Les mesures de prévention, donc. Comme la France, le Portugal a décidé que les crèches, les établissements scolaires et les universités seraient fermés à partir de ce lundi. Un point sera fait le 9 avril prochain pour décider de leur réouverture ou non. La mesure concerne un peu plus de 2 millions d’écoliers ou étudiants. Les salariés qui devront garder leurs enfants recevront les deux tiers de leur salaire, un montant versé à parts égales par leur employeur et par l’État.

Les discothèques et lieux similaires sont également fermés jusqu’à nouvel ordre. Les propriétaires des restaurants doivent réduire leur capacité d’un tiers, pour éviter que les clients ne se sentent trop proches les uns des autres. Les centres commerciaux doivent, eux aussi, limiter l’affluence.

Enfin, toute manifestation de plus de 1 000 personnes est interdite dans des enceintes fermées, ou plus de 5 000 personnes dans des espaces à l’air libre. 

En conséquences, les annulations d’événements se multiplient aux quatre coins du pays. L’Eglise catholique, à son tour, a annoncé que toutes les messes étaient suspendues jusqu’à ce que la situation d’urgence prenne fin.

Mobilisation générale dans les hôpitaux

Vendredi, on relayait la situation de plus en plus compliquée que vivent les hôpitaux, malgré les renforts. L’Ordre des médecins du nord du Portugal a appelé à repousser toutes les opérations de petite chirurgie. Une décision déjà prise entre autres par les hôpitaux de Coimbra et de Santo Antonio à Porto, où tous les moyens sont réunis pour parer à l’urgence imposée par le coronavirus. Les professionnels de santé déplorent le manque de 350 lits au niveau national pour soigner des patients en soins intensifs. Le Portugal est d’ailleurs l’un des pays d’Europe les moins dotés en lits d’urgence.

Le pic de la crise serait atteint en mai

Hier samedi, l’hebdomadaire Expresso  annonçait que, selon le gouvernement, le pic de la crise au Portugal serait atteint lors de la deuxième semaine de mai. L’exécutif portugais table sur une période de dix semaines pour que la crise atteigne son acmé. En attendant, le pays restera plus ou moins paralysé.

 

Les frontières bientôt fermées ?

Ce dimanche, le Jornal de Noticias rapporte que le gouvernement s’apprête à prendre des mesures pour contrôler ses frontières terrestres avec l’Espagne, un pays qui est placé depuis hier en quarantaine quasi-totale. Plusieurs élus locaux portugais, informe le quotidien, réclament la fermeture des frontières pour des raisons sanitaires. Le Premier ministre Antonio Costa doit s’entretenir à ce sujet avec son homologue espagnol Pedro Sanchez aujourd’hui.

Météo : pluie de retour dans le nord 

Un mot sur la météo pour finir. La pluie fait son retour aujourd’hui sur une bonne partie du pays, principalement dans le nord ouest, sur tout le littoral de Viana do Castelo jusqu’à Leiria, où le ciel sera couvert. Des averses sont aussi prévues à Viseu, Vila Real et Bragança. Ailleurs, c’est un temps ensoleillé qui est attendu. Côté températures, on annonce cet après-midi 14 degrés à Porto, 15 à Coimbra, 18 à Lisbonne, 20 à Evora, 19 à Sagres et 21 à Faro.

Pierre Debourdeau invité demain

Un dernier mot pour vous signaler que La French Radio reçoit demain lundi en interview Pierre Debourdeau, président des conseillers du commerce extérieur de la France au Portugal. On évoquera avec lui notamment la situation des restaurateurs et hôteliers français installés sur le sol portugais.