Croissant, l’Ami du Petit Déjeuner

Aujourd’hui, Julien Letartre, de la Maison Kayser au Portugal nous raconte l’histoire du croissant.

“Le croissant, dit « l’ami du petit déjeuner », a rien de Français à l’origine, c’est une création qui nous arrive d’Autriche – de Vienne plus précisément – on parle donc naturellement de viennoiseries.

Pour la petite histoire, le croissant aurait été inventé pendant le siège de la ville par les Ottomans en 1683 – pendant cette invasion militaire un boulanger qui allait au travail au milieu de la nuit à donné le signal d’alarme avant que l’attaque ottoman se produise. Pour le remercier le croissant aurait été créée, car il ne faut pas oublier que sa forme nous suggère le symbole des turques – l’idée étant de croquer ce symbole comme un signe de victoire.

En France il serait arrivé par la main de l’autrichienne Marie Antoinette et il est devenu plus sophistiqué pas mal d’années après, car au début il ne s’agissait que de la pâte à pain enroulée (le feuilletage n’arrivant qu’au début du XXème siècle).

Depuis 1950 c’est un incontournable du petit déjeuner un produit qui est magique à sa façon. Pour arriver à réaliser des croissants artisanalement, comme nous les faisons chez Eric Kayser, on dépose une belle plaque de beurre sur une pâte briochée qui sera longuement laminée et travaillée petit à petit – ceci est la fonction du tourier, un vrai métier qui exige beaucoup de patience et endurance. Ensuite cette pâte est découpé en triangles que l’on enroule à la main, un par un. Enfin, on met les croissants encore faits de pâte crue dans une étuve à une température de 28° pendant deux heures avec des conditions d’humidité optimales, et c’est ainsi qu’ ils passent au four, permettant au feuilletage de s’épanouir et prendre toute son ampleur.

Notre croissant, ainsi réalisé par des mains expérimentées, devient un plaisir croustillante et feuilleté à l’extérieur et incroyablement aérien et léger à l’intérieur.”

Conseils de dégustation :

Julien suggère de manger votre Croissant à la sortie de nos fours dès le matin tôt tout simple ou éventuellement avec un peu de confiture, trempé dans le café, car c’est un vrai Bonheur; s’il vous en reste le soir il suffit de l’ouvrir, mettre une tranche de jambon, un peu d’emmental, de la béchamel et ça passe au four – il suffira de l’accompagner d’une salade verte et vous aurez un repas délicieux et complet.